Partages

Ce qui est vrai est toujours simple.

La création de ce monde retourne à son créateur, à sa créatrice, à sa source. L’innocence le permet, elle seule. Elle permet d’échapper au piège du mental.
La vérité est Une et indivisible. Il n’y a pas des « degrés de vérité ». Soit, c’est vrai, soit c’est faux. Si c’est vrai, c’est l’expression de la loi de l’Un, la conscience Une, la conscience unifiée où toutes les âmes sont unies à leur essence créatrice. Si c’est faux, cela obéit à la falsification, à l’usurpation de cette création, à la dualité. On ne peut être dans les deux à la fois, un pied dans l’Un et un pied dans l’autre…
Faire l’expérience de l’union à la source est inoubliable, bien que cela sorte du registre de l’expérience, l’âme se connaît une sans second et cela ne s’imprime pas dans la mémoire, cela se vit comme une évidence mais ce qui te retient encore dans les liens de la dualité oublie. Et cela est juste, sinon, tu perds ce corps, tu perds cette forme éphémère, et pour encore quelque temps, il est bon que tu la conserves.
Tu sais ce qu’est « être unie à la source ». Ton âme en a le goût et elle n’a de cesse de prolonger cette union, cet état naturel qui est le sien. Elle ne souhaite que cela, elle ne souhaite pas être dissociée, séparée. C’est pour elle une torture insupportable, ayant goûté la joie infinie de l’union. Elle a donc choisi l’oubli momentané, qui te permet de fonctionner encore dans ce monde d’illusion.
Ton cœur le sait, ton âme le sait. Elle est d’accord pour vivre cela, tant que ta présence sur Terre est nécessaire, avec ceux et celles qui, comme toi, ont accepté ce rôle, cette contribution à l’éveil de la Terre. Vous êtes de très vieilles âmes… Même si ce qualificatif est incongru et que l’âme individuelle ne peut ni vieillir, ni mourir. Des âmes sages et vénérables, ayant traversé tant d’expériences. Elles aspirent au repos, au retour au Foyer qui est le leur. Elles ont accepté cet ultime service d’incarnation qui signera leur libération. Cette famille d’âme à laquelle tu appartiens, est en train de se regrouper pour ensemble, ascensionner.
Je te donne rendez-vous chaque soir et chaque fois que tu en éprouves le besoin, quand tu as besoin d’aide pour toi ou pour d’autres. Je suis toi, hors de cette dimension, toi dans la conscience vraie, toi dans la lumière vraie.
Être dans la paix. Ne rien désirer d’autre que ce qui est. Joie profonde de l’êtreté. Joie profonde d’être. Communion. Silence. »

Reçu à Espéraza, le 17 juillet 2011

Que se passe-t-il ? (Je ressens des vagues intenses d’énergie qui s’accélère)

Amour : il s’agit de faire descendre cette vibration au cœur de la densité. L’illuminer de l’intérieur en étant intensément présent. Chaque cellule est lumière en son essence. Communier à cette réalité. Souffle de vie. C’est dans cette union que l’incarnation a sa raison d’être. Là, tu es entière et complète, pas dissociée ni fragmentée. Tu es dans ta lumière. Tu te perçois Une. Je me perçois Une. Car il n’y a plus de « je » ni de « tu ». Il n’y a qu’un flot ininterrompu d’amour et de béatitude. C’est à partir de là que la partie incarnée peut agir et entrer dans la danse de l’incarnation. C’est ainsi que dans cette évidence, la Paix s’installe et règne dans le cœur. Elle imbibe chaque geste, chaque parole, tout l’être. « Établie dans l’Être, accomplis l’action. »

Quelle est ma vérité ?

Je suis la vérité. La vérité est « Je suis ».

Espéraza, nuit de Jeudi 20 à Vendredi 21 décembre 2012

« Le site en images » vous présente un échantillon de mes photos de collages réalisés en lien avec le rêve éveillé ou de nature sauvage :

http://picasaweb.google.com/christelle.schoettel

Quelques poèmes :

https://picasaweb.google.com/115696447509003534598/Poemes

Témoignage d’une « rêveuse »:

« Puissé-je aujourd’hui par cet écrit être un témoin du chemin parcouru en utilisant les séances de rêve éveillé avec Christelle.
Je ne pourrais décrire tout ce parcours mais je peux en sortir la quintessence afin de faire partager mon admiration, ma reconnaissance dans cet outil si simple et par delà remercier celui ou ceux qui en sont les initiateurs.
Dans ma dernière séance qui en conclut une quinzaine (étalées sur 3 ans) j’ai touché du doigt ce que beaucoup de maîtres enseignent, la responsabilité. Jamais cela ne m’a paru aussi clairement et c’est tellement joyeux que je choisis de le partager. En effet grâce à cette séance j’ai clairement vu comment nous sommes les créateurs de notre réalité.
Ce jour là j’étais en proie à un sentiment de solitude qui me faisait croire au non amour. J’ai vraiment prié tout simplement le saint esprit pour aller voir ce qui se tramait derrière cette émotion si intense et récurrente. Il se trouve que Christelle était disponible. Tout était à sa place. Et ce rêve m’a permis de comprendre ce que je savais intellectuellement, c’est que j’avais depuis des temps immémoriaux garder bien au chaud une croyance d’avoir été victime. L’Esprit m’a permis de remonter jusqu’à sa source que je ne pourrais daté tant elle se perd dans le couloir du temps… Et de comprendre que en la cultivant inconsciemment depuis ce temps ; elle était devenue partie intégrante de ma propre vision de moi-même. Or comme tout ce que nous entretenons en pensée devient création, j’étais persuadée d’être « blessable » et donc blessée à nouveau. De plus je saisis que lorsque nous nous créons en tant que victime, nous créons nous même le bourreau pour permettre à notre création de continuer à vivre. Quand je dis que nous le créons, je veux dire que nous l’attirons vers nous, mais je sens aussi que cela est notre création, donc notre entière responsabilité. Voilà, ma compréhension intellectuelle devenait savoir… Je comprenais du même coup la notion de l’ego. Cette fabrication et falsification de notre être à travers nos pensées, répétées et répétées, mais si enfouies dans l’inconscient que seule une volonté, un désir profond de liberté peuvent faire resurgir.
Et là intervient le rêve éveillé qui justement permet d’aller à la source de ces constructions mentales… et d’une manière si simple. Juste de l’écoute (et quelle écoute de la part de Christelle) mais une écoute entière et sans condition qui permet à la Vérité de faire jour en celui qui se sent écouté, qui se sait écouté et qui ose aller voir sa propre part d’ombre et de se rendre compte qu’elle n’est qu’un déni de soi et de l’amour Divin.
Aucune culpabilité, simplement reconnaître notre responsabilité de créateur de tout ce qui nous arrive….
Merci à Christelle, merci au Saint Esprit (la voix pour Dieu)
Voilà je souhaite à tous et à toutes un beau chemin vers lui-même ».
Brigitte

 

Comments are closed.