PERLE RARE

En découvrant que depuis des années, nous étions prisonniers d’une croyance erronée, le premier mouvement est parfois celui de la colère. Celle de s’être laissé berner. Et d’en vouloir à celui ou celle qui nous montre notre erreur. Ce que nous prenions pour la réalité n’était en fait qu’une pâle imitation, un scénario de feuilleton à la noix auquel nous avons cru. Cruelle désillusion ! D’autant que nous voyons qu’en fait, la porte avait toujours été ouverte et que nous avions à tout moment le choix de nous échapper de cette prison mentale fictive et ainsi, être libre. 

Qu’est-ce qui fait que nous ne le faisons pas ? L’habitude ? La peur de se responsabiliser ? C’est tellement plus facile d’incriminer les autres, la société, les circonstances… que de voir que nous sommes les geôliers de notre propre système de croyances. D’autant que celles-ci ont tendance à s’incruster et que nous finissons par nous identifier à elles. Sommes-nous vraiment prêt à assumer notre liberté ? Voulons-nous vraiment être libre, plus que tout ? Le vrai bonheur est à ce prix : renoncer aux fausses apparences, cesser de se mentir, avoir le courage de reconnaître l’erreur d’interprétation que nous avons faite à un moment où nous avons cru manquer d’amour, ou douté de la bienveillance de la vie.

Ce qui nous attend alors est inestimable, c’est la perle de grand prix, le joyau que rien ne peut altérer, ni les mites, ni la rouille, ni l’usure. Personne ne peut nous la voler et nous ne pouvons pas la perdre puisque c’est ce que nous sommes.

En réalité, nous ne sommes pas « malade ». La vie nous amène à expérimenter temporairement des choses différentes, des situations parfois très éloignées de ce qu’ est notre vraie nature. À tout moment, nous avons la possibilité de revenir à elle.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.