DÉCODAGE

Il arrive souvent que les enfants reproduisent à leur insu les schémas comportementaux de leurs parents. Ils s’imprègnent de l’atmosphère familiale et en grandissant, anesthetist leur ego adopte les stratégies parentales. Il s’agit du fameux triangle victime-bourreau-sauveur, où chacun joue un rôle selon ses dispositions et alterne selon les circonstances. D’où l’intérêt de décoder les comportements pathologiques afin de se libérer de ces bagages encombrants, lorsque nous sommes dans une démarche d’authenticité, de retour à soi. Dans l’ouverture de conscience, il est aisé de voir ces jeux de rôles (pas drôles) et de les inclure dans l’amour que nous sommes et qui seul peut les dissoudre. Comment la victime a-t-elle attiré à elle ce tortionnaire ? Dans quelle faille d’estime de soi est-il entré ? Peut-être croit-elle que son amour va le sauver ? Elle nourrit le secret espoir qu’il va changer alors qu’elle est en perdition. Face à un tel degré de perversité, le seul réflexe de survie est de se sauver, de mettre de la distance. Si l’on considère que toutes ces tendances sont en nous, et qu’elles se manifestent à l’extérieur tant que nous ne les avons pas accueillies, cela change la donne et permet la guérison. Sous un masque, il y a toujours une blessure cachée. Sous celui de l’abuseur, une frustration qui le pousse à s’approprier tout ce qu’il touche et sous celui de l’abusé(e), une culpabilité, un sentiment d’impuissance ou d’insuffisance. Celui qui abuse se vit intérieurement comme un abusé, ce qui rend ses abus légitimes, tandis que celui qui est abusé se vit comme un abuseur et donc trouve normal d’être victime d’abus. Ils s’attirent mutuellement et jouent cette tragi-comédie. J’ai traduit pour une amie cet article publié dans une revue psychologique anglophone, dont j’ai perdu la référence. Il m’a semblé intéressant de le partager aujourd’hui.

À quoi reconnaît-on un comportement narcissique ou  sociopathe ?

Le terme « narcissique » vient de Narcisse, né d’un viol et incapable d’aimer, car il a une très mauvaise image de lui-même et veut toujours être le meilleur. C’est un prédateur social dont les proies favorites sont des gens empathiques, gentils ou fragilisés, handicapés. Il est incapable d’aimer car il ne s’aime pas. Il use de son charme et  vous manipule pour obtenir ce qu’il veut. Pour parvenir à ses fins, il est capable de modifier sa personnalité en devenant exactement la personne qu’il pense que vous voulez qu’il soit (caméléon). Quand il n’a plus besoin de vous ou a repéré une proie plus intéressante, ou encore s’il se sent démasqué, il tente de vous rendre dingue et vous fait douter de vous. Ce sont majoritairement des hommes. Voici quelques signes permettant de détecter si l’on a à faire à ce genre de manipulateur capable de vous détruire psychologiquement. Mieux vaut prévenir que guérir…

1) Il vous interrompt constamment.

2) Il vous traite de fou (folle) ou vous dévalorise en privé et/ou en public. C’est une forme subtile d’abus émotionnel et psychologique. Une sorte de provocation. En anglais « Gaslighting » https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaslighting qui vise à semer le doute chez sa victime, créer de l’anxiété ou déstabiliser. Si soudain en sa présence vous doutez de votre santé mentale, alors que ce n’est généralement pas le cas, vous avez probablement affaire à cette technique de manipulation.

3) Il se désintéresse de ce que vous dites dès que vous parlez de vous. Son regard devient absent. Vous l’écoutez pendant des heures mais il fuit quand vous avez besoin d’un ami.

4) Il a beaucoup d’amis sur facebook et se montre sous son meilleur jour, il n’y a que de belles photos de lui, car il veut donner de lui une image idéalisée.

5) Ce n’est jamais de sa faute.

6) Il ne supporte pas les critiques.

7) Il a toujours besoin de compliments et évite les conflits.

8) Il donne son avis sans qu’on lui demande, et donne l’impression de toujours savoir mieux que vous ce qui vous convient.

9) Il ne supporte pas d’être dans une file d’attente et veut tout tout de suite, c’est un VIP !

10) Il est mauvais joueur. Perdant, ce n’est jamais de sa faute, et gagnant, il se moque des autres.

11) Quand vous réussissez à le quitter, il vous démolit auprès des autres et vous fait passer pour fou (folle).

Quelques phrases typiques :

1) « Tu passes ton temps à tout analyser », variantes : « Tu cherches la petite bête. », « Tu coupes les cheveux en quatre » ou « Tu fais de la psychologie de comptoir ». Il fait des choses qui vous poussent à bout ou vous font peur. Le but est de vous faire douter de votre intuition, de vous pousser à enquêter sur ce qu’il fait, vous rendre anxieux et finalement de vous reprocher d’avoir peur, afin de vous manipuler. Par exemple, il flirte ouvertement avec une femme, vous soupçonnez une aventure, il vous dit qu’il ne s’est rien passé, que vous faites des histoires, et finalement quelque temps plus tard, vous apprenez qu’il vous a effectivement trompée.

2) « Je déteste les drames, les conflits », alors qu’il n’y a que ça autour de lui. Au début d’une relation, il vous met sur un piédestal, vous couvre de louanges, semble très épris, et comme il se lasse vite, il s’ennuie et cherche à pimenter les choses. C’est un menteur pathologique, un trompeur en série, une éternelle victime qui a l’art de retourner les situations en sa faveur. Il sème la zizanie exprès. Chaque fois que vous lui parlez de vos soucis, de votre frustration, il dit qu’il a horreur des drames et vous fait porter le chapeau pour son horrible comportement, au lieu de se remettre en question.

3) Il est expert dans l’art de souffler le chaud et le froid. Il est adorable, vous fait des compliments, puis vous ignore pendant plusieurs jours et attend votre réaction. Quand vous réagissez, il vous accuse d’être émotif ou dépendant, se moque de vous ou vous critique (en général avec humour ou cynisme). Il vous pousse dans vos limites jusqu’à vous faire sortir de vos gonds. Et là, il utilise la réaction qu’il a suscitée pour vous faire croire que c’est vous qui êtes folle. Bref, en quelques semaines, il a réussi à transformer quelqu’un qui allait bien en une personne inquiète et mal dans sa peau.

4) « Tu as mal compris, ce n’est pas ce que j’ai dit ». Il fait exprès de dire des choses provocantes pour vous. Quand vous réagissez, il se retourne contre vous et vous reproche d’avoir mal compris. Il va même jusqu’à nier avoir dit ou fait quelque chose. C’est du « gaslighting ». Il essaie de vous enfumer, de vous faire douter de votre santé mentale. Il fait ou dit quelque chose puis vous accuse de l’avoir mal interprété, voire nie les faits. En réalité, vous avez parfaitement compris, il essaie juste de vous faire croire le contraire.

5) « Tu es folle/fou, bipolaire, jaloux », ou bien « Tu ne peux plus te passer de moi ». Les injures pleuvent quand la situation se détériore. Selon lui, tous ses ex-partenaires, amis ou collègues sont à ranger dans ces catégories. Les choses se compliquent quand il se remet à fréquenter ces personnes qu’il a diffamées. Il les utilise en fait pour trianguler la relation et semer la confusion, ainsi, il se croit très important. Puis il vous jette dans ce panier de crabes et continue son cycle infernal d’idéalisation/dévalorisation de toute personne qui a le malheur de croiser son chemin.

La seule façon de sortir de cette relation nocive, c’est de rompre tout contact, le rayer de votre carnet d’adresses, de facebook, etc. Car vous pouvez être sûr qu’il fera tout son possible pour vous pourrir la vie. La bonne nouvelle, c’est que s’il vous fait douter de votre intuition à son sujet, c’est parce qu’elle le dérange.

Les psychopathes cherchent à détruire psychologiquement et émotionnellement toute personne susceptible de menacer leur illusion de normalité sociale. Donc, quand ils commencent à jouer mentalement avec vous, c’est en fait comme s’ils reconnaissaient bizarrement, de façon indirecte, que vous avez vu juste dans leurs jeux : il y a effectivement quelque chose qui cloche chez eux. Courage, fuyez !

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.